Header

Hauptnavigation

Quel avenirs pour mes Filles

N’étant pourtant pas de nature pessimiste, c’est tout de même une question que je me pose souvent. Celles et ceux qui me connaissent savent que j’ai deux filles en bas âge, alors : quel avenir pour mes filles ? Seront-elles de celles qui changent les choses à leur manière et à leur niveau ? Ou de celles qui subissent encore tout ce que nous lisons à longueur de temps dans les journaux ? S’il y a bien une chose que cette pandémie a révélé, c’est la précarité de la situation des femmes, de la violence dans laquelle elles peuvent vivre au quotidien. Certains me diront que l’on entend parler des femmes à longueur de temps…Pas faux. La vraie question est : depuis le temps que l’on en parle, qu’est-ce que cela a réellement changé ? Je vous parle de cette question mais pourquoi ici dans notre revue Christkatholisch ?

Nous sommes une Eglise ouverte aux femmes, défendant des valeurs de liberté et de respect de l’autre. Alors cette question n’aurait rien à y faire. Mais nous ne vivons pas dans nos églises. En tant que femme chrétienne, quelle valeur dois-je transmettre à mes filles alors que la Religion a (trop) souvent fait preuve de discrimination à l’égard des femmes ? En Genèse 2, 18-20 sur les rapports entre hommes et femmes, il est encore dommage de trouver la traduction de etzer kenégedô par « une aide qui lui corresponde », sous-entendant une servitude alors que c’est plutôt à prendre au sens : d’appui. Du chemin reste encore à parcourir…

Aurélie Ethuin Lanoy