Les questions souvent posées – FAQ

Ici, nous vous fournissons les réponses aux questions les plus souvent posées sur notre Eglise

L’Eglise catholique-chrétienne est-elle une Eglise libre ?

Non. Elle est une Eglise nationale. Cela n’entraîne non seulement des aspects légaux, mais aussi des aspects de contenu. Les membres décident eux/elles-mêmes sur la proximité ou la distance à garder envers l’Eglise.

L’Eglise catholique-chrétienne est-elle une Eglise nationale ?

Oui, elle est reconnue par l’Etat dans la plupart des cantons où il y a des paroisses.

Quelle est la différence entre catholique-chrétien et vieux-catholique ?

Au niveau international on utilise l’expression « vieux-catholique » tandis qu’en Suisse, lors de la fondation de cette Eglise, on a préféré l’expression catholique-chrétienne pour souligner le fait que le Christ est à la tête de l’Eglise.

Que signifie le « vieux » dans vieux-catholique ?

Le terme « vieux » dans vieux-catholique renvoie à l’Eglise primitive du premier millénaire après J.C. qui était structurée selon un système synodal et non selon un système hiérarchique dans le sens contemporain de cette notion.

Pourquoi l’Eglise catholique-chrétienne n’a-t-elle pas de pape ?

Selon les traditions de la Bible et de l’Eglise primitive, la triple fonction de l’Eglise locale s’arrête au niveau de l’évêque, élu par le peuple. Les structures allant au-delà sont de nature honorifique ou représentent un service particulier, comme par exemple la présidence des réunions épiscopales ou des conciles œcuméniques traitant de thèmes d’une importance suprarégionale.

Quelles sont les différences principales par rapport à l’Eglise catholique romaine ?

La grande différence réside dans la structure de l’Eglise. L’Eglise catholique romaine est structurée hiérarchiquement, tandis que l’Eglise catholique-chrétienne a une structure épiscopo-synodale. L’évêque et le Synode national cherchent, dans le mesure du possible, à atteindre un consensus dans leurs décisions.

Est-ce possible pour des femmes de devenir prêtre ou évêque au sein de l’Eglise catholique-chrétienne ?

Oui, en 1999 le Synode national a adopté une modification de la constitution qui ouvre le triple ministère ecclésiastique (diacre, prêtre, évêque) aux femmes.

Est-ce possible pour les ecclésiastiques de se marier ?

Oui, l’obligation au célibat a été abolie au sein de l’Eglise catholique-chrétienne dès son existence.

Est-ce possible pour les couples homosexuels de se marier ?

Non, le mariage n’est pas permis, mais il existe la possibilité de la bénédiction du partenariat des couples homosexuels.

Voir aussi la Lettre pastorale 2017, p. 23-24 :

2017 Lettre pastorale

Je suis divorcé(e) – puis-je me remarier à l’Eglise ?

Oui, les détails du mariage ecclésial doivent être discutés avec l’ecclésiastique compétent-e. Il faut toutefois qu’une des deux personnes désirant le mariage soit catholique-chrétienne.

Comment s’engager au sein de l’Eglise en tant que personne croyante ?

Par la participation toute naturelle au service divin le dimanche, par l’engagement au sein des organes paroissiaux ou diocésains ou par l’engagement volontaire dans beaucoup de projets sociaux offerts par les paroisses.

Comment devenir membre de l’Eglise catholique-chrétienne ?

Si vous adhérez à une autre confession, il vous faut déclarer votre sortie par écrit. Après, il vous faut déclarer l’entrée dans la paroisse catholique-chrétienne concernée, également par écrit.

Comment devenir prêtre/curé ou diacre ?

Par les études de théologie à l’Institut pour la théologie catholique-chrétienne à l’Université de Berne, suivie d’une formation à l’intérieur de l’Eglise.

Quelles sont les bases légales de l’Eglise catholique-chrétienne ?

La base légale de l’Eglise catholique-chrétienne est la constitution. Elle règle la gestion de l’Eglise et la coopération des différents organes.