Nouvelle « Rue Denise Bindschedler-Robert » à St-Imier


La rue à laquelle son grand-père, le curé Pierre César, a construit une église – elle a été consacrée par l’évêque Herzog le 2 juin 1912 – pour sa jeune paroisse catholique-chrétienne de Saint-Imier, porte désormais le nom « Rue Denise Bindschedler-Robert ».

Comment est-ce que cette personne membre de notre Eglise, décédée en 2008, a-t-elle pu obtenir un tel honneur ? Il a été important pour les autorités de Saint-Imier d’aménager dans l’espace public une place pour les femmes qui ont marqué l’histoire de la cité.

Denise Bindschedler-Robert est née le 10 juillet 1920 et a grandi à Saint-Imier, et sa vie durant, elle restée liée à sa ville natale.

En présence de représentants des autorités communales, de la paroisse catholique-chrétienne et de sa familles, ce changement de nom de rue a lieu le 10 juillet 2020, à l’occasion du centenaire de sa naissance.

Contenu de l’inscription

Native de Saint-Imier et petite-fille de Pierre César, elle devint, à partir de 1966, la première femme membre du Conseil synodal de l’Eglise catholique-chrétienne suisse, poste qu’elle occupa jusqu’en 1985.

Juriste distinguée et spécialiste du droit international humanitaire et des droits de l’homme, elle siégea à la Cour européenne à Strasbourg entre 1975 et 1991 et présida l’Institut international des droits de l’homme dès 1991.

Elle assura la vice-présidence du Comité international de la Croix-Rouge de 1986 à 1990.